Partenaires

logo Equipe Chspam
Logo Laboratoire Logo équipe Chspam
CNRS
Logo Université Paris-Diderot Logo Université Paris1-Panthéon-Sorbonne


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Archives > Séminaires : Septembre 2008–Juillet 2012 > Programmes des séminaires 2009-2010 > Philosophie et physique

Philosophie et physique

Organisé par Alexandre Afriat, Alexis de Saint-Ours, Elie During.




Les séances ont lieu au REHSEIS, un vendredi par mois, de 14h à 17h, à l’Université Paris-Diderot (Paris 7).

Adresse : 10 rue Alice Domont et Léonie Duquet, 75013 Paris, bâtiment Condorcet, 4e étage, salle 483A-Malevitch. Plan. Métro : Ligne 14, RER C, arrêt : Bibliothèque-François Mitterrand. Autobus : 62 89 325 64 / Avenue de France).


Présentation

Programme

vendredi 9 octobre 2009

PDF - 40.7 ko
Résumé_MP

- Michel PATY (REHSEIS)
« Temps physique et dimensionalité du temps (Sur la conceptualisation physique progressive du temps) ».

- Alexandre AFRIAT (REHSEIS)
« Sur un raisonnement de Boltzmann concernant l’irréversibilité du temps ».



vendredi 13 novembre 2009
- Marc LACHIEZE-REY (CNRS-APC )
« Temps et covariance »



vendredi 15 janvier 2010 (14h-18h)

PDF - 194.2 ko
Résumé

- Alexis de SAINT-OURS (Paris 8)
« Du temps comme dimension au temps comme variation »



vendredi 12 février

PDF - 21.4 ko
Résumé_PM

- Pierre MARTINETTI (Université de Göttingen) (ENS)
« L’hypothèse du temps thermodynamique »



vendredi 12 mars

[! changement exceptionnel : salle 646A Mondrian !]

- Étienne KLEIN (CEA – LARSIM) et Francis WOLFF (ENS)
« La question de l’existence du temps. Problèmes philosophiques et scientifiques »



vendredi 2 avril

PDF - 26.1 ko
Résumé_SP

- Thierry PAUL (Centre de mathématiques Laurent Schwartz-Ecole Polytechnique) et Sébastien POINAT (CRHI, Université de Nice)
« Emergence, réduction et mécanique quantique »



vendredi 21 mai

PDF - 170 ko
Intervention_JR_AB
PDF - 52.5 ko
Résumé_JR_AB

[! attention changement exceptionnel : salle Klee, 454A !]

- Jérôme ROSANVALLON (Paris 7) et Aurélien BARRAU (Laboratoire de Physique Subatomique et de Cosmologie de Grenoble (CNRS))
« Cosmogenèses (A partir de Deleuze et Guattari) »



vendredi 4 juin
[! attention changement exceptionnel : salle Mondrian, 646A !]

PDF - 24.3 ko
Résumé_FB
PDF - 249.8 ko
Intervention_FB

- Fabien BESNARD (EPF)
« Temps des philosophes, temps des physiciens, temps des mathématiciens »



Argument

L’ambition première du groupe de travail « Philosophie et Physique » est de réunir un certain nombre de compétences en histoire et en philosophie de la physique afin d’aborder des questions susceptibles de résonner avec des recherches philosophiques transversales concernant, en particulier, la nature de l’espace et du temps. Il nous semble que les transformations du concept d’espace-temps au cours du XXe siècle, jusqu’à son dépassement annoncé dans la perspective des théories contemporaines d’unification de la théorie quantique et de la relativité générale, constituent un terrain particulièrement fécond pour une telle entreprise.


La recherche d’une théorie quantique de la gravitation pose des problèmes de nature aussi bien technique que conceptuelle ; bon nombre de physiciens estiment que seul un retour réflexif sur la mécanique quantique et la relativité générale est à même de contribuer de façon décisive à l’élaboration d’une telle théorie.
C’est dans cet esprit que nous proposons la mise en place de ce séminaire de recherche visant à examiner l’évolution des concepts d’espace et de temps, depuis l’introduction du syntagme d’« espace-temps » par Minkowski en 1907-1908 jusqu’aux théories contemporaines (théorie des cordes, théorie des boucles, causal sets, géométries non-commutatives) qui – nonobstant leur différence – semblent consacrer, selon des modalités qu’il s’agira de clarifier, la disparition de l’espace-temps.
La variété espace-temps de la relativité générale est composée de plusieurs structures : structure topologique, différentielle et métrique. Quelle structure quantifier ? Quelle est la nature de la géométrie à l’échelle de Planck ? Qu’est-ce qu’un espace-temps quantique ? Quelles sont les conséquences sur l’espace, le temps, la localisation et l’évolution, d’une théorie quantique de la gravitation qui serait « background independent », c’est-à-dire sans toile de fond spatio-temporelle ? Comment l’espace-temps classique émerge-t-il lui-même de structures discrètes ? Telles sont quelques-unes des questions que ce séminaire tâchera d’aborder.
Parallèlement, nous pensons qu’il est opportun de s’interroger sur la manière dont la philosophie de la physique est capable de réagir sur certaines questions traditionnellement « réservées » aux philosophes, touchant notamment l’ontologie, la métaphysique, et plus généralement la philosophie de la nature ou de l’esprit. Il faut en effet constater que les travaux remarquables publiés ces dernières années en histoire et en philosophie de la physique n’ont pas beaucoup diffusé au-delà du cercle des épistémologues, alors même qu’ils réactivent souvent des questions transversales à l’histoire de la philosophie tout entière (débats autour du statut des objets, des propriétés, du relationnisme et du substantialisme, de la signification du temps et du devenir ou encore, du problème de l’individuation).
C’est pourquoi il paraît opportun d’ouvrir le champ, de manière à inclure dans ce groupe de travail, non seulement des spécialistes reconnus de l’histoire et de la philosophie de la physique, mais aussi bien des scientifiques (mathématiciens, physiciens) intéressés par les enjeux conceptuels de leur discipline, et des philosophes soucieux de ne pas se couper des intuitions et des idées qui s’élaborent dans le sillage de la physique contemporaine. En ce sens, le « et » de « Philosophie et Physique » porte l’idée d’un mode renouvelé de collaboration et de circulation entre les savoirs et les spécialités, tout en maintenant un ancrage fort dans un type de questions spécifiquement liées au développement de la rationalité physique.

Ce séminaire de recherche s’organisera sur la base de rencontres régulières ponctuées par des exposés ou des discussions de travaux en cours, et dans une articulation à un cycle de cours-conférences destiné à un public plus large de collègues non spécialistes, d’étudiants et d’amateurs désireux de s’initier à quelques problématiques fortes de la physique contemporaine.

Élie During (Université de Paris 10, CIEPFC-ENS) Alexis de Saint-Ours (Université de Paris 8)