Partenaires

logo Equipe Chspam
Logo Laboratoire Logo équipe Chspam
CNRS
Logo Université Paris-Diderot Logo Université Paris1-Panthéon-Sorbonne


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Archives > Ancients projets de recherche > Projet PEPS “Imaginations” > Projet PEPS “Imaginations”, colloque international

Projet PEPS “Imaginations”, colloque international

Le pouvoir de l’imagination, du XVIe au XVIIIe siècle



6-8 December 2010
6 December, Auditorium du Château, Versailles
7-8 December, Institut des Sciences de la Communication du CNRS, Paris

SPHERE
&
l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS

Organisation :
Koen Vermeir (SPHERE, CNRS).

Scientific Committee :
Raffaele Carbone (CESR), Liz Claire (IIAC/EHESS),
Rafael Mandressi (CAK/EHESS), Martine Pécharman (CRAL/MFO/EHESS),
Christine Pigné (CLAM), David Rabouin (SPHERE/Paris7).

Avec le soutien de
l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS,
du projet PEPS “Imaginations”
et du Centre de Recherche du Château de Versailles.


Présentation/Argument
Accès/Access
PDF - 320.8 ko




Programme



6 décembre 2010


Auditorium du Château
Château de Versailles, Place d’armes, 78000 Versailles.


09.45 : Welcome
10.00 - 10.10
Koen Vermeir (SPHERE, CNRS) Introduction
10.10 - 11.00
Keynote lecture : Guido Giglioni (Institut Warburg) Reality and Its Surrogates : The Imagination in the Renaissance

Coffee break

11.15 - 12.00
Cynthia Fleury (CERSP Muséum/ISCC) Une théorie de l’imagination créatrice, noétique et éthique : de Sohravardi, platonicien de Perse (XIIe siècle) à Henry Corbin (XXe siècle)
12.00 - 12.45
Jörn Steigerwald (Université de Tübingen) Les forces visible de l’imagination créatrice : Bellori, Marin, Arioste

Lunch

14.15 - 15.00
Tristan Dagron (ENS Lyon) La formation du rêve chez Ficin : considérations cliniques
15.00 - 15.45
Saverio Ansaldi (Université de Montpellier III Paul Valéry) L’imagination en puissance. La construction des images chez Ficin

Coffee break

16.00 - 16.30
Emiliano Ferrari (Università degli Studi de Milan / Université Jean Moulin Lyon-3) Processus imaginatifs et vie des passions chez Montaigne : psychologie et éthique
16.30 - 17.15
Karin Westerwelle (Université de Münster) Montaigne et la force de l’imagination
17.15 - 18.00
Christophe Bouriau (Université Nancy 2) Dignité humaine et imagination selon Montaigne



7 décembre 2010

Institut des Sciences de la Communication du CNRS
20, rue Berbier-du-Mets, 75013 Paris, Métro Gobelins.


09.30 - 10.15
Allison Kavey (City University New York) Imagination, Knowledge, and Passion as the Trinity in Agrippa’s De Occulta Philosophia Libri Tres
10.15 - 11.00
Hans De Waardt (Université d’Amsterdam) Demons, black bile and other causes of delusion : Johan Wier probing witches

Coffee break

11.20 - 11.50
Filips Defoort (Université de Leuven) Imagination and evil : on the role of imagination as the origin of monstrosity in Jacob Boehme’s (1575-1624) theosophy
11.50 - 12.20
Guy Claessens (Université de Leuven) Proclus and Kepler on the Power of the Geometrical Imagination

Buffet lunch

13.30 - 14.00
Radu Toderici (Université de Cluj-Napoca) Bernard Lamy et l’imagination de l’orateur
14.00 - 14.30
Alice Vintenon (Université Paris Ouest-Nanterre) Affectus sequuntur phantasiam : l’utilisation médicale et rhétorique de la « véhémente imagination » à la Renaissance

Coffee break

15.00 - 15.45
Roberto Poma (Université de Paris XII) Extase et guérison : sur l’intensification de la force de l’imagination du sujet malade
15.45 - 16.30
Rafael Mandressi (CAK/EHESS) L’imagination contagieuse : diagnostic médical et possession démoniaque au XVIIe siècle

Coffee break

16.45 - 17.15
Stephen Boyd Hequembourg (Université de Harvard) Monism and Imaginative World-Making in John Milton and Margaret Cavendish
17.15 - 17.45
Rodolphe Dalle (Université de Nantes) Le statut de l’imagination dans la conception de l’enthousiasme poétique du Père Le Moyne

20.00 : CONFERENCE DINNER
Restaurant : Le Traversière
40 rue Traversière, Paris XIIe (angle 72 rue de Charenton)
Metro Ledru-Rollin
Tel : 01 43 44 02 10


8 décembre 2010

Institut des Sciences de la Communication du CNRS
20, rue Berbier-du-Mets, 75013 Paris, Métro Gobelins.


09.30 - 10.15
Sabine Arnaud (Institut Max Planck Berlin) La dernière carte ou le pari de l’imagination
10.15 - 10.45
Marion Saliceti (Université de Paris I et de Neuchâtel) Malebranche : Une analyse psychosomatique de la force de l’imagination

Coffee break

11.00 - 11.45
Marie-Frédérique Pellegrin (Université Jean Moulin-Lyon 3) La contagion imaginative chez Malebranche : le cas des loups-garous
11.45 - 12.30
Paolo Fabiani (Comune di Firenze) The ancient art of memory. Rhetoric and the New Science of the imagination

Buffet lunch

13.45 - 14.15
Coralie Bournonville (Université de Picardie Jules Verne) l’imagination libertine : représentations de l’imagination dans les romans-mémoires libertins du XVIIe siècle
14.15 - 15.00
Koen Vermeir (SPHERE, CNRS) Vampires and the powers of imagination

Coffee break

15.15 - 16.00
Cédric Le Bodic (Maison des sciences de l’Homme Ange-Guépin, Nantes) Le corps et la médecine au XVIIIe siècle à travers l’imagination et la sexualité
16.00 - 16.45
Liz Claire (IIAC/EHESS) De l’imagination, de l’enthousiasme et du génie au XVIIIe siècle : la danse, un art ou une maladie ?

16.45 - 17.00
Concluding discussion and remarks



Présentation


Ce colloque a pour objectif d’explorer l’histoire des traditions orthodoxes et hétérodoxes de la force de l’imagination dans la période couvrant les XVIe-XVIIIe siècles. Contre l’idée traditionnelle d’une imagination limitée et passive, certains auteurs avançaient l’argument d’une puissance active ou créatrice de l’imagination.



Le paradigme aristotélicien se trouvait notamment combattu par des philosophes soutenant que l’imagination ne recomposait pas simplement des images, mais pouvait aussi les créer. Des mathématiciens conjecturaient de même que l’imagination n’était pas tautologique, mais qu’elle avait la capacité de créer de nouvelles connaissances. D’après certains médecins, l’imagination avait aussi une force psychosomatique, causant des maladies telles que la mélancolie ou la lycanthropie, et quelques-uns d’entre eux croyaient que cette force créait jusqu’aux stigmates des saints. Selon une opinion communément reçue à l’époque, l’imagination de la mère déterminait la figure de l’enfant à naître, mais quelques auteurs postulaient en outre que l’imagination pouvait agir également sur des objets extérieurs au corps.



Les idées très riches et très complexes liées à la thèse d’une imagination forte furent amplement discutées et contestées dans la première modernité, leur circulation entre la philosophie, la littérature, les arts, la mathématique, la médecine, les sciences, les traditions populaires, la divination, la sorcellerie, la démonologie ainsi que la religion, fut nourrie d’intenses débats. Pour mieux comprendre les différentes traditions de l’imagination aux XVIe-XVIIIe siècles, il convenait de réunir des chercheurs venant des différentes disciplines concernées et d’établir sur cette question pluridimensionnelle un échange interdisciplinaire. Tel est le but poursuivi par ce colloque.



Accès / Access


PDF - 320.8 ko

Auditorium du Château de Versailles : voir le document joint
Institut des Sciences de la Communication du CNRS
20, rue Berbier-du-Mets,
75013 Paris.
Métro Gobelins.